Un bel héritage sans droits de succession….

“C’est fou ce que tu ressembles à ta mère!” Cette phrase, mon amie Caroline l’entend depuis son adolescence. Inutile de nier qu’elle est très flattée par leur ressemblance physique…Mais il lui est impossible de l’appliquer à leur façon de fonctionner car elles sont radicalement opposées. Sa mère accumule tout et n’importe quoi, sous toutes sortes de prétextes, de “ce sont juste des petites choses rigolotes et pas chères” à, émue, “ce sont vos affaires de classe du CM2″ - sans oublier, pire encore, “vous le vendrez quand je serai morte pour vous faire de l’argent”….Elle, elle ne s’encombre de rien - ressemblant ainsi à son père, qui ne sait rien garder, même ce qu’elle aimerait ou aurait aimé récupérer.

Entre le “au cas où” ou le “on ne sait jamais” et “après moi le déluge”, il y a certainement un chemin à suivre en commun.

Devoir faire le tri, vider un intérieur à la suite d’un décès est très éprouvant pour ceux qui restent. Vivre son deuil, intérioriser sa légitime tristesse n’est déjà pas facile - alors s’encombrer d’une charge affective inutile… Découvrir alors des choses qui ne nous regardent pas, comme des lettres d’amour - ou devoir décider de jeter ou vendre ci ou ça, c’est ajouter la peine à la peine…

Rendre service à ses enfants et les aider dans cette période qui sera, forçément, très difficile à vivre n’est pas si compliqué. Il suffit d’en prendre conscience et de s’y mettre dès maintenant!

Sans oublier que les enfants de ces enfants seront encore plus loin de ces souvenirs - au point même de s’y sentir totalement étrangers. Pour que petits-enfants puis arrière-petits-enfants s’inscrivent dans l’histoire de la famille et en perpétuent le souvenir, il suffit de penser à partager quand il est encore temps. Faire un arbre généalogique n’est pas si compliqué si l’on s’en tient à sa propre mémoire. Ecrire ses mémoires est aussi un bon moyen pour laisser une vraie trace de ce qu’a été une vie.

Ce sera alors un très bel héritage, à se transmettre de génération en génération et, en définitive, plus utile qu’une robe de mariée défraîchie et 10 menus de baptême jaunis.

Quelques gestes simples…

  • Trier les papiers, factures et autres correspondances pour éliminer ce qui est inutile ou, si on n’arrive pas à s’en débarrasser, le ranger dans un carton étiqueté “à brûler après ma mort”.
  • Classer les photos de famille en indiquant clairement qui est qui. “cousine Jeanne avec l’oncle Henri” ne suffira pas aux générations suivantes si on ne précise pas les dates (même approximatives) et les liens de famille. Les photos non identifiables peuvent passer directement à la poubelle!
  • Se débarrasser des vieux vêtements, de la vaisselle ébréchée, des objets accumulés dans les placards et jamais utilisés. Jeter ce qui doit l’être et donner dès maintenant ce qui peut faire plaisir à l’un ou à l’autre.
Classé dans : organiser, désencombrer, ranger, gagner de la place le 1 octobre 2008