Consommer mieux pour ne plus s’encombrer….

“Comment en suis-je arrivé(e) là ?” “Être autant encombré(e), comment est-ce possible ?” Ces phrases, je les entends à chaque chantier ! Et la question  est légitime, car cet envahissement est sournois… On ne voit rien venir, tout va bien et, tout d’un coup, trop c’est trop ! A trop jouer le jeu de la consommation à outrance, on finit par ne plus faire la différence entre envie et besoin, on s’enfonce dans la désorganisation et l’encombrement. L’argent est aussi un facteur essentiel dans ce processus d’encombrement : si l’on achète trop, c’est presque toujours parce que c’était pas cher ; et si l’on culpabilise à l’idée de se débarrasser de quelque chose, c’est souvent parce qu’on l’a payé cher.

N’est-il pas temps de réagir ?

La crise actuelle peut ici nous aider, en nous amenant à revoir à la baisse notre mode de consommation, sans pour autant se limiter de façon excessive ou revenir au troc ! La solution n’est pas de passer d’un extrême à l’autre, voire de se frustrer par peur du lendemain. Il s’agit simplement de faire preuve de bon sens, de consommer plus juste, c’est-à-dire selon ses vrais besoins et ses envies profondes.

Eviter de s’encombrer et faire des économies, c’est possible, en consommant de façon plus raisonnée. Bénéfice secondaire, en étant plus exigeants avec nous-mêmes, nous serons aussi plus responsables, pour notre bien et celui de la planète. Et, peu à peu, l’offre évoluera en fonction de notre demande.
Le premier pas consiste en un état des lieux exhaustif. Pour cela, il faut :

  • vider ses placards et ses tiroirs;
  • trier et en rassembler le contenu par thème.  Il n’est pas rare de retrouver 8 paquets d’enveloppes, tous entamés, des ampoules de toutes sortes dont la moitié ne correspondent plus aux douilles de nos lampes, des sacs plastiques en surnombre, stockés depuis des mois par habitude, etc.

Visualiser ses stocks amène à de prendre conscience de ses habitudes de consommation. Cela permet ensuite d’acheter plus juste :

  • on s’en tient à une liste de courses nécessaires et utiles, au lieu d’acheter ce que l’on a déjà parfois en surnombre;
  • on privilégie un produit plus cher mais de meilleure qualité, qui nous fera plus d’usage;
  • on gagne du temps, de l’énergie, de l’argent et de l’espace en évitant des achats inutiles qui, en plus, nous encombreront.

Alors, on s’y met ?

Classé dans : organiser, désencombrer, gagner de la place le 28 janvier 2011