La présence de l’eau faciliterait-elle les échanges?

Depuis toujours, je considère les pièces d’eau comme des lieux de communication par excellence : dans une salle de bains ou une cuisine, on papote, on papote… et on finit souvent par des confessions intimes… Aujourd’hui, on les redécouvre : cuisine et salle de bains sont devenues les espaces dont tout le monde parle, que ce soit les magazines, les salons spécialisés ou les sites internet.

Cuisine et salle de bains sont les lieux dans lesquels on commence et on finit sa journée : autant que ce soit dans la sérénité ! Aussi doivent-elles être accueillantes : une cuisine encombrée ou une salle de bains noyée sous le linge humide ou sale ne donne pas envie de s’y attarder.

Pour retrouver une cuisine pratique, commençons par faire le tour de ce que l’on utilise vraiment et à quelle fréquence pour éliminer tout ce qui devenu inutile :

  • les doublons (garder 4 passoires pour un ou une célibataire qui ne consomme que des plats préparés, n’est-ce pas un peu excessif ?),
  • les épices éventées,
  • les conserves périmées et les surgelés hors d’âge,
  • les robots qui ne fonctionnent plus et toutes ces choses cassées, ébréchées ou dont on a plus envie.

Revenu à l’essentiel, à ce dont on se sert ou que l’on aime vraiment, on peut aller plus loin et courir chez Ikea pour s’offrir une cuisine conviviale et fonctionnelle. Dans cet esprit, éviter les placards profonds, privilégier tiroirs et armoires coulissantes !

A quoi servent, dans la salle de bains,

  • 6 shampoings divers dont 4 entamés,
  • 3 mousses coiffantes qui collent les cheveux,
  • 5 tubes de dentifrice, des rouges à lèvres et des fards à paupières qui se dessèchent et dont la couleur ne nous convient plus,
  • des élastiques inutiles puisque l’on a opté il y a 3 ans pour une coupe à la garçonne,
  • 10 serviettes de toilette alors qu’on n’en utilise que 2, sans compter celles rêches et de couleur indéfinie dont la seule vue nous déprime…

C’est inutile et stressant : on ne met jamais la main au bon moment sur ce dont on a besoin. Vidons les placards, trions médicaments, produits de beauté, etc. et regroupons-les par type, stockons ailleurs les excédents. Ne gardons à portée de main que le nécessaire, comme si on vivait à l’hôtel. Mieux organisée et ordonnée, la salle de bains devient une pièce facile à vivre, plus spacieuse et plus facile à nettoyer.

Evidemment, en faisant appel à une Home Organiser, le problème est réglé en une après-midi… Et vous pouvez reprendre les confidences que suscitent les pièces d’eau !


Classé dans : organiser, harmoniser le 21 octobre 2006

Nikkei Marketing Journal

En vogue en France en ce moment, les «home organiser», qui conseillent pour la réalisation d’espaces de vie confortables et fonctionnels.

Cyrille Frémont, a été la première, il y a 2 ans, à y exercer cette profession, bien connue au Canada et aux États-Unis. « Mon rôle, dit-elle, est d’aider à créer un espace de vie paisible et pratique tout en évitant d’y garder les éléments inutiles ».

La plupart de ses clients, dont 80 pour cent sont des femmes, ont entre 30 et 60 ans et ne veulent plus être possédés par leurs possessions ou sont des personnes - nouveaux mariés, divorcés, retraités ou autres – qui changent de vie et veulent trouver un espace de vie adapté.

Premier pas : elle va chez eux pour apprécier la situation. Après environ 1 h 30 de discussion, elle fait une estimation, le tarif de base étant de 75 euros l’heure. En général cela prend une journée :

- d’abord, vider avec le propriétaire les meubles et les placards, les affaires inutiles étant données, rangées dans une cave ou jetées ;

- ensuite, décider comment disposer les meubles puis placer les objets aux bons endroits.

Les critères pour faire le tri entre les affaires que l’on veut mais ne peut jeter sont « à quoi cela sert-il ? » et « en ai-je vraiment besoin ? ». Selon Cyrille Frémont, il est en effet, pour des raisons psychologiques, difficile de se séparer d’objets gardés pour des raisons sentimentales comme les souvenirs, les cadeaux de personnes chères. Pour arriver à une décision, elle explique souvent que, même si on abandonne les objets, on n’abandonne ni le souvenir ni l’affection de ces personnes.

Classé dans : organiser, harmoniser, revue de presse le 4 octobre 2006